Recherche

Informations archivées

Les informations archivées sont fournies aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elles ne sont pas assujetties aux normes Web du gouvernement du Canada et n'ont pas été modifiées ou mises à jour depuis leur archivage. Pour obtenir ces informations dans un autre format, veuillez communiquez avec nous.

Participation sociale — Aperçu

 Que nous vivions dans le noyau central surpeuplé d'une grande ville ou dans une région rurale plus calme et moins peuplée, nous faisons, pour la plupart, partie d'une collectivité.  La participation sociale renvoie à l'implication sociale des personnes et à leurs interactions les unes avec les autres. Des activités telles que le bénévolat, les dons de bienfaisance et la participation à des activités sportives et récréatives sont autant de formes de participation sociale. Si les raisons pour lesquelles les Canadiens participent socialement, leur manière d'y participer et la mesure dans laquelle ils le font varient, la plupart conviendront que la participation sociale améliore leur mieux-être et celui de la collectivité[1].

Les indicateurs qui témoignent de la participation sociale comprennent la participation à des activités politiques et la participation à des activités sociales en groupe.  Les indicateurs qui témoignent de facteurs qui peuvent influencer la participation sociale comprennent l'ampleur du réseau social d'une personne, le sentiment d'appartenance et le niveau de confiance envers les autres.

Points saillants

  • 54,6 % des Canadiens - 58,3 % des hommes et 51,7 % des femmes — ont déclaré participer à au moins une activité politique en 2002.
  • En 2003, 61 % des Canadiens ont indiqué qu'ils participaient à au moins un groupe d'activités sociales, comme une association professionnelle ou une organisation culturelle, éducative ou de loisirs.
  • La grande majorité des Canadiens (93,7 %) ont indiqué en 2003 qu'ils entretenaient d'étroites relations avec des amis ou des membres de leur famille. Cependant, 6,3 % des Canadiens ont indiqué qu'ils n'entretenaient pas de telles relations.
  • En 2003, la grande majorité des Canadiens avaient un sentiment « plutôt fort ou très fort » d'appartenance au Canada (88 %), à leur province (81 %) et à leur collectivité (70 %).
  • Un peu plus de la moitié des Canadiens (56 %) estimaient en 2003 qu'on pouvait faire confiance aux autres. Dans les catégories d'âge, le niveau de confiance envers les autres était le plus élevé parmi la tranche des personnes âgées de 45 à 64 ans (59 %).

Notes de bas de page

  1. Il n'y a pas de consensus sur la définition de « collectivité » et l'Enquête sociale générale de 2003 sur l'engagement social (Statistique Canada, no au cat. 89-598-XIF) laisse place à une définition large. En général, on entend par collectivité les gens et les institutions à proximité de notre lieu de résidence. Cependant, le terme peut également inclure un sentiment d'appartenance plus global, par exemple lorsque des dons de bienfaisance à un organisme international peuvent venir en aide à des gens d'autres pays.

    [Retour au texte]

Télécharger des données

Pour consulter la version XLS (format de document portable), vous devez avoir un lecteur XLS sur votre ordinateur. Si vous n'en avez pas déjà un, il existe sur l'internet de nombreux lecteurs XLS que vous pouvez télécharger gratuitement sur Internet :

Pour visualiser la version TXT, utilisez les fonctions de conversion disponibles sur la plupart des logiciels de traitement de texte ou utilisez un visualiseur capable d'afficher le format TXT.



Suivant : Participation à des activités politiques >>

Date de modification :